Crépage de brushing à la une des tabloïds

Alors que le peuple veut du sang, nos people se contentent de futiles escarmouches qui ennuient même la ménagère de plus de 50 ans.

Après les querelles internes ( Nick Sarkozy prenant ombrage des acrobaties scéniques de son guitar-hero, François Fion ainsi que des propos de ce dernier dans la presse) puis les remous inhérents au collectif Underground Massive Posse, voilà que le métallique Nick President Sarkozy s’en prend à l’inoffensif chanteur de charme, Francis Bayroo.

francis_bayroo.jpg

Francis Bayroo ( à droite), le leader de MoDem.

Le leader de MoDem, combo de rock FM en quête d’identité musicale, mais prisé par les adulescents et qui se trouve à la tête d’un important fan-club est devenu subitement la cible des rockets du leader charismatique de Gouvernement et de son guitariste virtuose.

François Fion a en effet jugé «un peu courte» la prestation de Francis Bayroo et de MoDem au festival de Pau. »Ses slides et ses hammers sont imprécis et le modal, pour moi, c’est de l’esbrouffe : ça sonne comme un tranche de foie à la vinaigrette ! C’est gay ! » assène le shredder de Gouvernement.

Hier, en répétition, Nick President Sarkozy n’avait pas été plus tendre avec Françis Bayroo, qui selon le grinder réformiste a «marave son solo». «Ce n’est pas la peine de perdre son temps à taper le boeuf avec MoDem parce que sa mise en place des chansons est complètement illisible, et puis il scotché comme un sparadrap.» a clairement tranché Nick President Sarkozy, dont les propos sont rapportés dans Le Figaro culturel ce jeudi.

Publicités