Gouvernement dissoud son public

Gouvernement décide de dissoudre son public et d’en élire un autre.

Le leader destroy de la vague Grind/thrash réformiste entend achever son oeuvre : faire du passé table rase. Les verres vont voler à travers tout l’hexagone. Nick President Sarkozy a déjà annoncé la couleur : elle sera sombre et carminée à l’image de sa musique.

« Il faut accélérer les réformes rythmiques. Nous allons définitivement enterrer la vieille musique planante des pinkies ( les années roses ndlr) pour que subsiste un thrash viril et débarrassé des scories sentimentales de l’ancien temps. »

« T’inquiete » L’album sémaphore de Gouvernement

Lorsqu’on entend ces mots, on se demande qui les a prononcé ? La star au zénith du grind réformiste ou un tyran bleu pétrole assoiffé d’ambition ? « la plus mauvaise réponse serait d’être gentil et de ralentir le pulse ! » ajoute le leader de Gouvernement, puis de surenchérir :

« Il faut au contraire tout faire pour augmenter la menace sonore des performances qui permettra de twister les comportements et les mentalités des kids. T’inquiète ».


Un tel discours laisse perplexe quand on sait que ce sont nos enfants qui écoutent ces atrocités et l’on ignore ce qui va sortir de ces propos, ni du prochain disque du band : Rockets to Dacia encore en phase d’enregistrement à la centrale de retraitement de La Hague.

Gouvernement déciderait-t-il de dissoudre son public et d’en élire un autre ?

Truman Condom

Publicités