Sex and boxe and rock’n roll

Cela s’est passé lundi 5 mai, pendant la jam session des Lethals Picards, groupe de rock communiste post-stalinien mené par Maxim Greemetz aux commandes de sa légendaire whisky voice . Selon un communiqué du collectif Power to Society, Maxim Gremeetz «insulte plusieurs de ses invités de scène qu’il accuse de jouer « comme un putain de service à thé de chez Tati » l’accompagnement de titres comme Marx to the track, la reprise du célèbre Hengels de bois ou bien CFDDT, avant de «s’en prendre physiquement» à Gil Seguin qu’il «frappe d’un coup de coude dans sa face» et finit par «violemment» jeter à terre avec sa guitare lors de l’interprétation de Superlénine, un des premiers hits de Bad Max, comme le surnomme les gars du crew.

« Bad Max » Greemetz en live à La Mutualité

Gil Seguin, guitariste chanteur «qui souffre d’insouciance respiratoire » est hospitalisé durant quelques heures avant d’aller porter plainte.

Maxim donne une tout autre version de l’incident. Il affirme au contraire avoir «été branché méchament» et «traité» par des « mecs remontés à la C» parce que «le groove avait été massacré par cette bande de rascals énervés et je me suis pas privé de leur dire». Ils «se sont jetés sur moi pour me faire sortir du studio», raconte l’élu communiste, pour qui «Seguin s’est laissé tomber avec sa guitare pour faire une performance à la Kurt Cobain, mais comme c’est un mickey, il s’est planté et s’est fait super mal.».
Et Greemetz de demander la mise à disposition de l’enregistrement de la séance.

Greemetz, personnalité sulfureuse

Quant à l’opposition UMP-UDF(UndergroundDestroyFunkymachinegun)-Modem-NeoComX, elle renvoie dos-à-dos les deux hommes et rappelle que la querelle entre Bad Max Greemetz et les musicos de PS n’est pas nouvelle.
Selon les langues de vipères de l’entourage, ceci partirait d’une vieille rivalité pour une mignonne que convoitaient en même temps Maxim, avant la fondation des Lethals Picards, et Claude Gewercx, président du fan club de PS .

En 2006, Greemetz a troqué son aura de leader inspiré pour celle de chanteur à grande gueule au coup de boule facile. L’année précédente, en 2005, Gewercx l’avait déjà retiré de l’affiche du gala de PS, qui avait pourtant programmé les Lethals Picards douze ans de suite. « Pour une embrouille de weed planquée dans une chambre d’hôtel qui a fini en pétage de gueule » prétendent ces mêmes sources.
Motif officiel de Gewercx : Bad Max aurait enregistré clandestinement une démo en duo avec JMLP, le leader de The Pain aux studios de Saint-Cloud.

Bad Max a porté plainte en diffamation et gagné en première instance contre Gil Seguin, avant d’être débouté en appel.

Publicités