Orange électronique

L’album-concept identité nationale existe, surtout dans la tête de ses promoteurs, les pieds un peu empêtrés dans leurs propres audaces lexicales avec un esprit de plus en plus Raymond Queneau, l’humour en moins.

Manuscrit d'Ulrich Von Besson

Oui, il faut pérenniser (mot à la mode qui sert à décrire une accumulation poussiéreuse durable (source : Petit Précis de langue de bois (ndlr))) ce débat, le rendre improctologable (expression au sens para-incantatoire et à usage unique), au-delà de telle ou telle réactance spectorale ( comprenne qui peut !), ajoute le parolier de Gouvernement de plus en plus dadaïste.
Parmi ses contusions crémières, Ulrich Von Besson estime que l’identité nationale sexyfize la sorbetière et que les Esquimaux la définissent de façon  glastique (ptits cubes en plastique de frigidaire qui servent à faire des glaçons sans eau) et veulent la controlider ( mot qui n’existe pas et  veut dire ce qu’on y désire entendre (ndlr)).

« Il convient donc, pour l’avenir de gloupir (néonovlanguisme en cours de validation dont le sens ne nous a encore pas été donné) les arguties sans intérêt, juge-t-il, comme « opopouser ( officialiser une union fondée sur l’amour vache) ‘identité’ et ‘punité (mot  utilisé en langage SMS  pour parler de choses pénibles).

A bon entendeur, saluctre.

Edgar Novlang

Publicités

Une réflexion au sujet de « Orange électronique »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s