Grind Metal et Magie Noire

Une Nouvelle de Truman Condom


La caravane était étroite et il y faisait une chaleur de fournaise. Nick President se sentait mal à l’aise devant la boule de cristal au travers de laquelle il contemplait  le visage déformé de la vieille Dulce-Lola creusé de rides comme autant de tortueux torrents de montagne que bien des étés auraient asséché. Le front de la vénérable  sorcière se plissait étrangement et  semblait un caractère mouvant au gré des émotions qui la parcourait. Nick contempla les ongles grenats démesurément longs et couverts des runes de pouvoir dessinées d’argent incrusté qui caressaient la surface scintillante de la boule.


Dulce-Lola

La peau de Nick était couvertes de griffures et il ne pouvait s’empêcher de se gratter jusqu’au sang. Pendant ce temps, la vieille femme murmurait des formules bizarres avec son regard translucide fixé sur lui qui était comme traversé des nuages d’une inquiétante ivresse.

Il s’emporta soudainement et d’une voix nasillarde et dure demanda :

– Alors ? Feucques….Qu’est ce qui se passe. ? Mon temps est compté. Je suis un homme occupé !
– Du calme petit Gaijo trépidant. Je vois de nombreux maléfices qui dansent comme des bulles de Gazoul autour de toi.

Nick s’énerva et reprit :

– Patin à Rolex, ça me gratte à mort. On m’a dit que vous étiez la top des bestes ! Faites quelque chose.

La vieille Dulce-Lola répondit doucement de sa voix roucoulante au fort accent roumain :

– Calme-toi petit gaijo frétillant, je vois au moins trois pervulsions mineures et deux varications noires qui étendent leurs ombres néfastes au-dessus de ta tête.

– Feucques…Parlez-moi en français où c’est moi qui vous lance une charterisation majeure pour Timisoara.

La vieille Dulce-Lola eut un roucoulement amusé et poursuivit :

– Un perlangin cornu du monde d’en-deça a été invoqué pour te punir de ta mauvaise musique. De plus il va falloir d’abord te libérer des sortilèges  de la Démangeaison Variqueuse de Gazimo et de l’Impuissance Loquace de Finacci qui te frappent.

– Gazimo ? Finacci ? Qui sont ces gens ? Je vais leur envoyer mon Service d’Ordre et les passer à tabac ces métèques.

La vénérable Dulce-Lola lui lança un regard narquois, se fendit d’un sourire tranquille et poursuivit calmement :

– Tu ne pourras pas les retrouver : tu les a jeté dans un oiseau de fer pour qu’ils retournent en Bohème. Mais ce n’est pas la question. Ces deux sortilèges sont simples à dissiper. C’est l’affaire de quelques instants petit gaijo. Spunk et Jotto vont te curer les ongles puis les limer. Présente tes mains, les paumes vers le bas et les doigts tendus et dit trois fois  : « gastalamachémakanachqualafachoy ».

Nick se gratta nerveusement sous l’aisselle droite et se fit répéter la formule qu’il parvint au bout de quatre tentatives  à prononcer sans faute et cela, à trois reprises.


A ce moment, deux petites créatures qu’il avait prise pour des statuettes particulièrement repoussantes posées sur une table basse se mirent subitement à prendre vie et à sautiller en piaillant comme des moineaux hystériques. Ils bondirent vers un coffret de bois couvert de symboles multicolores et en retirèrent une lime à ongles toute en ondulations ainsi qu’un petit marteau.

Jotto

Nick commençait à flipper. Les tuiles pleuvaient à seaux depuis quelques temps et il ne trouvait plus d’idées dont il se savait pourtant si fécond pour distraire de ses innombrables turpitudes l’attention d’un public toujours plus exigeant. Les deux petits homoncules bondirent sur la table et chacun d’eux se saisit d’une de ses mains.

Jotto dit :  » Par la glousbac du flaquemure cet appendice droite est couvert de fermugations pourpres, c’est un travail dégoûtant. »

La vieille Dulce-Lola lança sur un ton autoritaire   » Tais-toi Jotto où j’en appelle à Druzzzibar-le-Cosmo pour stimuler ton sens du devoir. Fais ton travail sans commentaires superflus. »

Jotto eût un mouvement de tête hautain, cligna de ses petits yeux rouges et s’acharna avec une moue de dédain affiché à son ouvrage. Spunk poussa un petit ricanement en attaquant les ongles de la main gauche qu’il se mit à curer soigneusement en gloussant une sorte de mélopée aux harmonies anarchiques.

Spunk

Nick president pensait rêver mais le pincement de la lime ondulée lui rappelait que tout ceci était bien réel.

Dulce-Lola reprit :

– Une fois les tâches de Jotto et Spunk achevées, il va falloir passer aux choses sérieuses. La seconde Varication noire est particulièrement tenace et ne va pas s’en aller comme ça.

Jotto reprit son étrange gloussement. Nick sentait la douloureuse application des limes qui curaient et limaient sans relâche entre les petites mains de Jotto et Spunk dont les étranges aigrettes luminescentes s’agitaient comme des anémones de mer. Il se sentait mieux néanmoins et demanda à la vieille gitane aux boucles blanches comme de la neige :

– Cette…varication. Hummmm. Comment la …supprimer ?

Dulce-Lola le traversa de son regard perçant et poursuivit :

– Ce n’est pas si simple. Zagriba la Virulente a summoné un perlangin cornu particulièrement pervers nommé Brotenglost. Tout cela est de ta faute car c’est en partie avec ta musique circonvolutoire que tu as permis cela. Comment appelle-tu déjà ces sons discordants et disgracieux qui forment ton art ?

– Disgracieux… Tout est question de goût en la matière ! Enfin, c’est un style bien à moi, et ça a marché du feu de dieu. Je l’ai lancé avec d’excellents amis journalistes qui l’ont baptisé Grind Metal Réformiste.

– Tu es un petit gaijo sans cervelle, crois-tu que l’on puisse invoquer les forces sombres sans en payer le prix ? Tout est équilibre en cet univers et chaque chose à un prix. Tu vas devoir compenser la balance cosmogonique. Trop d’images et de babils oiseux utilisé tu as.

– Feucques. Je suis un magicien moi aussi, j’ai hypnotisé des millions de gens. Je ne crains rien, ni  personne. J’ai  conquis le pouvoir suprême par ma seule volonté.

– Que tu dis petit gaijo pavoisant, Brotenglost bientôt  viendra  te lécher la plantes des pieds avec sa langue squameuse et malodorante qui te fera danser la gigue jusqu’à épuisement et repoussera ta femme loin de la couche nuptiale, en outre tu seras enkysté  dans la toile de tes propres invulsions verbeuses. Ne sais-tu pas que l’on ne joue pas de sorcellerie en amateur ? Encore moins s’attaque-t-on aux Roms, aux tziganes et aux gitans en toute insouciance comme tu l’as fait.

Spunk et Jotto bondirent de la table en gargouillant  » Botenglost. Botenglost le nervaricateur va le fermuger ! ». Dulce-Lola fit jaillir un mot de sa bouche qui vola dans l’air s’enroula comme une corde autour de leurs petites personnes et les remit à leur place où ils redevinrent deux sages statuettes grimaçantes et immobiles sur la table basse.
La sorcière reprit :

– Jotto et Spunk ont terminé leur travail. Ils te ressemblent un peu mais ils ont l’avantage de leur nature fantaisiste et capricieuse. Revenons à cette varication. Ton cas s’avère des plus difficile. Le Botenglost est une entité particulièrement opiniâtre, virulente et scabreuse. Impossible de le renvoyer d’où il vient…Trop de forces ont été déployées. Les limbes sont désormais forcloses.

magie noire démon grind metal botenglost sorcier gitans
You don't feucques avec le Botenglost qui est une entité particulièrement opiniâtre, virulente et scabreuse.

– Alors cela signifie que je suis foutu. Feucques et refeucques !

– Cesse de pérorer aux vents comme une girouette affolée, petit gaijo vindicatif. Je ne vois qu’une solution pour ma part. …

Dulce-Lola planta ses deux yeux dans ceux de Nick. Il sentait qu’elle fouaillait son cœur palpitant de crainte et de colère mêlées.

– Jusqu’où es-tu prêt à aller pour te tirer de ce maléfice petit gaijo maladroit ?

– Jusqu’en enfer ! Rien ne peut m’arrêter.

– Je dois reconnaître que tu es fort inconséquent et un peu idiot mais tu ne manques pas d’une certaine force de caractère. As-tu jamais pensé à devenir un nécrope ?

– Qu’est ce que c’est ?

– Peu importe, je m’égare, des lubestins distractifs nous entourent et tissent des digressions inopinées dans le but de nous égarer. Concentre-toi tandis que je les dissipe vers le plurivers.

Dulce-Lola fit monter de sa gorge un chant très grave, une volée de nervures scintillantes traversa la roulotte et une odeur d’ozone se mit à planer dans l’atmosphère. La gitane reprit :

– Voilà qui est fait ! Où en étions-nous ? Ah oui. Le Botenglost. La seule façon de s’en débarrasser serait de détourner son appétit sur quelqu’un d’autre.

Nick president s’esclaffa :

– Génial, c’est une de mes spécialité ! Je peux l’envoyer sur un maire communiste du 93 ou bien sur quelques traîtres de mes compagnons d’armes.

– Ah non, ce serait trop facile ! Il va falloir sacrifier au principex d’equilibrium : la quantité de puissance que tu contiens petit gaijo glapissant doit être équipollente à celle que tu devras livrer au Botenglost !

– Mmmh. Mais oui je songe maintenant à certains de mes fidèles que le Botenglost ne manquera pas de trouver savoureusement onctueux.

Dulce-Lola sortit une feuille de papier de son corsage, prit une antique plume dont elle piqua le bras de la pop star. Une goutte de sang se mit à perler sur le poignet de Nick qui conserva un flegmatique masque de contenance silencieuse  et résolue. La plume fut ensuite trempée de ce sang opaque et Dulce-Lola présentant la feuille face à Nick president lui commanda :

– Par le Tchaast de Bélélune et les  Pesquandrins de Shantung, écris leur noms pour le Botenglost.

Nick s’exécuta sans hésitation et cinq noms furent inscrits sur le parchemin. Dulce-Lola s’empara du document et lui demanda :

– Tu es certain que cela sera suffisant ?

– N’ayez crainte, j’ai même rajouté du rab !!

Là-dessus, la roulotte retentit d’un rire machiavélique.

Traduit du Franco-Roumain par Edgar Novlang.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s