DSK in OZ

DSK, la superstar internationale se trouve au coeur d’une tourmente judiciaire très américaine et terriblement romantique. Jeté dans une cellule grande comme une chambre de bonne dans la prison de Rickers Island, le barde vedette du groupe FMI, célèbre et inusable combo de fuck métal qui ravage la planète de ses riffs assassins depuis maintenant près de quarante ans, ne serait pas immédiatement prédisposé pour le gangsta rap selon ses avocats. Toutefois, show-biz oblige, la maquette de son prochain album est déjà en cours de préparation. Un tournant majeur dans la carrière de ce grand artiste populaire ?

DS4 projet maquette de Live in Rickers Island

Il faut reconnaître qu’à la lecture des chefs d’inculpation DSK met  2PAC au rencard et renvoie Jay-Z  jouer au bac à sable. Un petit côté Michael Jackson dont il a au passage engagé l’avocat en défense pour cette ténébreuse affaire.
Le french Khan, comme le surnomment déjà les taulards de Rickers Island, s’offre de grandes chances de carboniser Snoop Doggy Dog dans les charts et commencerait même à faire flipper Eminem.
Pour mémoire rappelons que DSK, baladin international, s’est fait pincer à l’aéroport de NYC après une séance houleuse à l’hôtel Sofitel avec une technicienne de surface dont il aurait tenté de sonder les profondeurs. Mis en détention dans une des prisons les plus violente et les plus glamour des USA, DSK se trouve en quelque sorte téléporté dans une série de télévise américaine. Côté promocation ( promo-provoc), c’est du lourd.
OZ, feuilleton audiovisuel de Tom Fontana  en 6 saisons, rend assez bien l’ambiance dans laquelle se trouve désormais plongé notre outsider et nous la conseillons pour l’édification de tous ceux qui voudrait se faire une idée plus précise et plus stimulante de son nouvel environnement politique. Sans compter les vastes possibilités d’épanouissement personnel que promet la situation au plan spirituel.
Nous fredonnons Redemption Song en pensant que  DSK se trouve par le plus grand des hasards dans la peau du plus petit dénominateur commun, ce qu’il n’a jamais été, mais toujours géré de loin et en grande quantité. Des plus petits dénominateurs communs  comme vous et moi, et surtout eux.  Vous savez ? Les pauvres, les nègres, les grecs, les portugais etc…. Zoom.

Le réquisitoire dressé contre le ménestrel de FMI ressemble à une liste de porn movies trouvée froissée dans un caniveau de Hell’s Kitchen :

 1. «Acte sexuel criminel au premier degré». En l’espèce, «le pénis est entré en contact avec la bouche de la victime à deux reprises», selon le procureur Cyrus Vance. Cette charge compte double et vous ne touchez pas 200.000 euros. de salaire mensuel. Ce grief est passible d’un maximum de 25 ans de réclusion, soit une peine de 50 ans dans cette affaire en raison de la répétition du fait. Cher !

2. «Tentative de viol au premier degré». L’idée même du viol aux Etats-Unis est en soi un délit et recouvre  surtout le rapport sexuel vaginal non consenti. Vil.

3. «Agression sexuelle au premier degré».
. A New York, 7 ans de malheurs. Dur.

4. «Emprisonnement illégal au second degré». Il s’agit du fait de retenir quelqu’un contre son gré. Dans cette affaire, DSK est soupçonné d’avoir fermé la porte de la suite du Sofitel, empêchant ainsi la technicienne de faire surface. Un délit passible d’un an de prison. La disproportion de la peine avec les autres délits fait danser notre imagination : top funky.

5. «Attouchements non consentis». Il s’agit de «toucher les parties intimes d’une personne dans un but dégradant et afin d’abuser d’elle».  Ce délit est passible d’un an de prison dans l’Etat de New York. Bluffant !

6. «Agression sexuelle au troisième degré». Cette qualification recouvre un «contact sexuel» sans emploi de la force.. Le délit est passible de 3 mois d’emprisonnement. Cela concerne-t-il aussi la masturbation ? Et pour aller pisser quel est le risque judiciaire ?

Les américains sont épatants : à la scène comme à la vie. Extravagants et enthousiastes.
Au pied de page de ce menu de basse gastronomie, on pourrait penser que quatre personnes au moins se trouvaient présentes et on se divertit à penser que DS4 serait un bon nom, du genre gang-bang de jeunes à soi tout seul ! C’est un futur collectif de  gangsta rap qu’est devenu, bon gré, mal gré, notre DSK international.
Anyway, comme dirait Lil Wayne qui a déjà enregistré plusieurs album à Rickers même : he has been fucked up now ! DSK risque de payer une addition au red hot chilli pepper de 74 ans de prison :  ce qui lui laisserait le temps de trouver le flow et de bien bosser les lyrics de son futur album.

Honoré 2 Prozac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s