Broadway to Hell

WOOA…C’est à une vitesse supersonique que DSK grimpe au climax. Après une semaine à infuser à Rickers Island,  enregistré en six jours de claustration pénitentiaire sur un vieux Nokia 3410 son album fulgurant, Sexual slave, se pose comme un  des plus fracassant  succès médiatique des dix dernières années. Le  French Konvict  se retrouve en moins de dix jours en train de bronzer sous les projecteurs de Broadway. Le nouveau Khan Kong de New-York perche  désormais dans un appartement de l’Empire State Building qui coûterait bien plus que celui de Fifty Cents selon les rumeurs et médite sa gloire naissante d’American Comet arrivé au Top par le Down.

C’est un mixage savant de bad boy attitude et de scandale judiciaire : l’homme qui nous avait habitué à de suaves mélodies molletonnées comme des matelas remplis de billets de banque passe sans prévenir au Gangsta Rap shooté à la testostérone ultra explosive : plus machoman ou  explicit lyrics, tu meurs ! C’est l’électrochoc garanti à la première écoute. Au point que le légendaire guitar hero Jean Pierre Riff Rafarin en a déclaré, séché par l’audace de l’artiste : « Il y aura désormais un avant et un après DSK ! »

Le LP 6 chefs d'accusation enregistré en une semaine sur un vieux Nokia 3410 fait un gros Buzz sur Internet

La Planque à 250.00 doll’s.

En attendant que s’abattent les foudres aveuglantes de la Thémis américaine, le  Khan  Kong aux abois gère une street credibility  flambée à l’éthanol et gravit des Kilimanjaros de stress au sommet de l’Empire State Building avec  pour voisins une bande de hackers sous metha amphétamines, quelques pop-stars  larguées en cure de désintoxication et une fine théorie d’aigrefins subprimers poissés par les fédéraux. Un étage qui sent le souffre et où, dit-on, derrière chaque porte des démons hululant murmurent et vaticinent de lancinantes et nostalgiques complaintes vaudou issues d’un moyen-âge moderne, gothique et sombre.

Désormais DSK a consommé le pillage du fret, et à force de trop convoiter les guinées, c’est arrivé : l’accident d’oiseau.
Pour l’anecdote mon pote, certains prétendent que le French Khan aurait profité de cette semaine à Rickers Island pour se faire tatouer NO ONE is InNoceNt sur le zguègue. Toutefois, l’info est démentie par son producteur et ses avocats. C’est pas moi qui irait vérifier ! MDR !

Pendant la fouille corporelle à Rickers Island

Totalement cramé au Bristol Plaza où le physionomiste, un grand black athlétique au visage grave, veut lui faire une tête ça comme ! DSK s’est vu relégué dans une cage dorée sous surveillance video et vit super fliqué aux milieu des princes déchus qui peuplent le faîte du plus célèbre gratte-ciel de la planète. Pourra-t-il encore de là-haut  contempler sans regrets notre mini Nirvana de pauvres mortels rampants  ?

Attends….Cette giga-promotion médiatique a aussi son prix en numéraire. DSK a dû lâcher  6 millions de dollars pour fiancer la fille de l’air et devra douiller près de 250.000 $ mensuels, sans compter les avocats, en attendant que siège la justice américaine.
La vente de son futur LP va-t-elle couvrir ces dépenses digne d’un empereur Mongol ou le French Khan devra-t-il taper des dollars à sa richissime épouse pour tenir la longueur ?

To be continued…..

Billy Zeguique

Publicités

2 réflexions au sujet de « Broadway to Hell »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s