Archives pour la catégorie Le monde en bref

On apprend de source photographique  hasardeuse que  l’ancien leader de l’Italie a attrapé la berlue.

« Berlusconi aurait la berlue.  Cela me semble tout a fait plausible, étant donné l’héritage sémantique de son nom et l’ADN que peut colporter un tel pseudonyme » nous déclare le professeur Gianfranco Goestohollywood.

En même temps cette nouvelle nous intéresse peu dans la mesure où c’est pas chez nous en Hollandie que ça arrive. On est à l’abri de la berlue et de Berlusconi (« pour le moment’ déclare sombrement Honoré de Prozac).

Image

En fait, c’est la longueur de la crise de Spartacus, l’ancien gladiateur et esclave rebelle qui a créé ce discrédit déclare un éminent confrère. Berlusconi aurait essuyé un refus de la part de sa clientèle et les légions des Cimbres ne le suivent plus. Sa fureur destructrice ne trouve plus d’écho parmi ses appuis politiques. D’autres parlent d’un record essuyé avec humiliation à Grand Auto Theft où Silvio se vantait de faire mieux que le héros digital du jeu Plastation mais dans la vraie vie. Cette dernière explication nous semble un peu tirée par les cheveux.

Enfin, après le limogeage de cinq tribuns du gouvernement, c’est la révolte. La garde prétorienne lâche l’Impérator tandis que les légions de Pompée remontent victorieuses d’Espagne et que Marcus Crassus qui a écrasé la rébellion des esclaves en les crucifiant tout au long de la voie Apienne voit sa côte monter en flêche. Gaïus Julius César qui a contribué largement à cette victoire profite également d’une position renforcée.

On parle d’un triumvirat comprenant Crassus, Pompée et César qui écarterait Berlusconi, hors de son temps et de son champ.

Jean-Baptiste Kérozen

Bonne Année à tousses

Le Jour De l’An est une date importante fêtée depuis au moins 2012 ans dans l’histoire de l’homme.
Après c’est une nouvelle année et c’est drôlement bien pour tout le monde qui aime un peu les chiffres.

L'année 2012 vue du ciel ( anticipation photo sur statistiques fournies par la SOUFRES)

Alors toute l’équipe de Les Rockuptibles me charge de vous présenter ses meilleurs voeux pour l’année 2012.
Plein de merveilleusitude à tousses.

Edgar Novlang

Apocalypse Park : du rêve à la realite

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) ont pulvérisé  des records en  2010, dépassant de 5 % le précédent niveau historique enregistré en 2008, soit un sérieux  regain de motivation politique en faveur de l’accélération du réchauffement climatique et pour le futur projet immobilier de développement d’une nouvelle Costa Del Sol en Antarctique : le grandiose projet Apocalypse Park.

Une projection numérique du futur complexe Apocalypse Park prochainement basé en Antarctique.

Après une chute en 2009 à mettre sur le compte d’un fugace épisode de découragement qui a traversé le monde de la spéculation financière et de la  dérégulation écologique, les émissions ont retrouvé leur santé perdue, passant à 30,6 milliards de tonnes, contre 29,3 milliards en 2008, selon les estimations enthousiastes de l’AIE.
Des résultats encourageants qui rendent concrète l’ouverture prochaine du fameux Apocalypse Park au pôle sud prévue pour 2015 et qu’on a vu trop souvent ajournée faute de crédits et de véritables mauvaises intentions. Près de 1255 emplois jeunes en CDD renouvelables toutes les  deux heures seraient créés en quatre ans, sans compter les 6 milliards de stagiaires en formation accélérée selon ses promoteurs.

Edgar Novlang

La fin de l’égoïsme

Nous n’avons plus rien car nous n’avons jamais rien eu.
Ce qui nous possède se limite à tout ce que nous avons voulu, pas même à ce que nous avons eu.
La beauté est à nos pieds mais nous marchons dessus.
La prison est en nous et la clé se trouve dans notre pardessus.

Ceux qui nous possèdent ne le font que parce que nous le voulons bien.
L’amour n’est pas un mot qui se traduit en acte mais un acte qui n’a pas de mot pour se décrire.
Ce qui nous est retiré nous est ajouté à la fin.

La peur et sa concubine, la bêtise est un bien de consommation de masse.
Nous sommes la masse mais le poids nous manque pour devenir critique.

La légèreté qui fait la noblesse de nos âmes s’est trouvée abolie par de plus sots que nous.

Nous sommes bien plus libres que nous avons l’ombre de l’imaginer.
Seule notre capacité d’être maintenant nous sera la possibilité d’un avenir.

Soyons fous n’ayons plus crainte du prochain car il est à deux pas d’accomplir notre destin tandis que nous accomplirons le sien.

Libérons des chaînes l’esclave au fond de nos peines, rien ne nous appartient quoique ils eussent pu nous le faire croire.

La jeunesse est une eau vive entre nos mains, comme la vie elle coule et jamais ne revient, sauf pour sauver nos enfants
du début de la fin.

Antoine de Saint Exaspérant.

Les Rockuptibles de retour

Tel un Béhémoth confit dans les gelées de la pensée unique, Les Rockuptibles s’étaient mis en sommeil en attendant des jours meilleurs. Les auteurs enfermés deux années dans les caves de la rédaction, nourris au pain sec et à l’eau du robinet avaient fomenté une fronde qui les conduisirent vers la démocratie et menèrent Truman Condom(e), le rédacteur en chef, à prononcer la liquidation du Blogzine. Ce dernier s’épuisait depuis en mondanités et en ruminations désoeuvrées sur Facebook où il renouait d’anciennes accointances avec ses vieux camarades de Harvard.

Mais les récents évènements en Afrique du Nord et à travers le monde arabe nous ont tirés de notre torpeur et après une séance houleuse et plénière des membres de l’ancienne rédaction, nous sommes arrivés à l’unanimité par prendre la décision de reprendre l’ours là où nous l’avions laissé.

 

Les quinze membres ( au premier plan ) de la rédaction du blogzine révolutionnaire Les Rockuptibles

Dimanche matin, 20 février 2011, Truman Condom(e) a reçu notre délégation dans son quinze pièces cuisine de l’avenue Montaigne et c’est les mains enfoncées avec désinvolture dans les poches de sa robe de chambre fétiche ( un cadeau d’Hugh Hefner (ndlr) ) qu’il nous a déclaré :

 » Ah comme je suis content de vous revoir, mes amis ! Alors comme ça la mutinerie est terminée ? Non, non, pas un mot : je ne vous en veux pas, car pour ma part tout est oublié. La porte de ma cave vous demeure toujours grande ouverte et je ne pourrais sans me déshonorer éconduire une telle brochette de talents, une telle concaténation de grands esprits. Vous voulez reprendre le journal dites-vous ? Certes, mais il va falloir consentir quelques sacrifices.

Primo, finies les vacances à Montreuil (93) et les virées du samedi soir au Café de la Gare du Nord. J’attends de mes journalistes qu’ils soient sur la brèche 24 H/24 : je finissais par vous trouver ramollis et indolents. Vous étiez sur la pente de l’embourgeoisement, on aurait dit une véritable digestion dominicale en vous voyant…Méfiance et vigilance mes fiers spadassins, car nous sommes l’élite de la contestation, l’avant-garde de la critique sociale, la migraine du système médiatique, son meilleur cauchemar, son antidote également et par dessus tout sa noble frugalité. Voilà qui mène à mon secundo : vos propensions coupables à la consommation de viande rouge tous les midis et ce goût de précieuses ridicules pour le chauffage central qui nous conduiraient droit dans le mur si vous aviez l’audace de persister dans les sottes revendications qui furent les vôtres.

Excusez la franchise de mon propos, mais je vous le déclare franchement : vous étiez en train de vous Pernauiser, de vous David Pujadassifier, le Claire Chazal en bandoulière pour ainsi dire. Mais laissons au garage les récriminations. Hardis petits, c’est oublié : sus à vos claviers et à vos Ataris ! L’information est une campagne militaire, que dis-je une conquête spatiale au point où nous en sommes rendus.

Oh j’oubliais, il va falloir tout nettoyer en bas, la femme de ménage refuse de descendre à la cave que vous avez laissé dans un état proche de la Lybie. Elle m’a avoué n’avoir jamais pensé que des journalistes pussent sentir aussi mauvais, elles pensaient que Les Rockuptibles étaient rédigés par une meute de gorilles radical-socialistes en rut. Alors de la discipline, mes enfants, deux chiffres et un grand auteur classique : dix-six-Pline : voilà le nombre d’or de notre entreprise. Seize avec votre serviteur. Vous êtes quinze, alors vous devriez être capables d’entretenir une grotte de 50 mètres carrés. Organisez-vous diantrefeucques ! Allez, allez mes chers amis : je ne vous blâme pas, car un père peut-il rejeter son enfant revenu au bercail ? Fi, non. Descendez au travail, allez descendez mes chers petits, que je ferme derrière vous… »

Je me rappelle d’avoir surpris J.B Kérozen qui en avait presque les larmes aux yeux. Était-ce de joie ? Ou bien une poussière dans l’oeil ?

Tout cela pour vous dire que nous sommes de retour…

Victor Ego

Tout doit disparaître

Moi, Truman Condom, après avoir assuré la capitainerie des Rockuptibles pendant deux années durant lesquelles j’ai mené la barre de ce navire fort d’un équipage de quinze auteurs dévoués et talentueux prononce en pleine possession de mes facultés pataphysiques et cérébrales la liquidation de ce webzine tel que vous l’avez connu.

Truman Condom

Il faut préciser à l’intention des profanes que le but affiché des Rockuptibles était de moquer les outils autant que les usages de la propagande  médiatique orchestrée  par les pouvoirs en place. Nous avions par nos sottises,  par ce que certains pourront considérer comme de la vulgarité ou du mauvais goût ou par ce que d’autres qui nous le concèdent – une plume acerbe et vigoureuse – décidé de prendre pour cible la bouffonnerie décomplexée de la société médiatique. Nous y voulions dénoncer le mensonge permanent et le mode viral par lequel la presse et la télévision nationale ont intoxiqué notre quotidien. Le pouvoir de l’infox !

Désormais, cette facilité de ton nous est forclose dans la mesure où elle a perdu toute pertinence.

Les Rockuptibles cessent ainsi leur activité de « grande gueule » digitale. Toute satire nous semblant au vu des récents évènements désormais caduque,  nous en tirons les conséquences qui s’imposent. Nous nous expliquons.

Les maîtres dépassent les élèves…

La décision de liquider Les Rockuptibles nous a été dictée par la  fortuite audition un certain lundi 18 octobre 2010 du JT de France 2  dans lequel la grossièreté pitoyable du propos nous a fait rire aux larmes en même temps qu’elle nous a forcé reconsidérer l’essentiel de nos activités. Les rôles se trouvant alors selon nous, subitement inversés.

De sorte que, à la sortie de cette expérience métaphysique, il nous a semblé manifeste que Les Rockuptibles avaient été rejoints et dépassés dans les registres du grotesque par les modèles qu’ils avaient pour vocation de pasticher. Le Journal de 20 H de la chaîne publique nous avait détrônés et fait mordre la poussière en nous tenant les côtes.

C’est que, dans le choix des sujets,  dans la niaiserie compassée des analyses, dans le traitement ronflant des thèmes abordés, dans le ridicule des « experts » convoqués à l’antenne, dans la sotte évidence des questions posées lors des interviews, dans le prêt-à-penser puéril et les idées en solde, dans le côté bourgeois gentilhomme de David Pujadas qui avait l’art de faire de la désinformation comme M.Jourdain celui de faire de la prose; rien n’avait été économisé par nos saltimbanques-journalistes de la télévision pour produire le plus savoureux effet comique.

Le syndrome « comique qui s’ignore » de la société du spectacle contemporaine…

Mais nous ne cessions pas céans et arrivions à cette seconde conclusion que le système de la société spectaculaire était entrée dans son ère « comique qui s’ignore » incapable désormais de prendre la mesure de sa sotte vulgarité. De là, nous  constations que les agents de la propagande officielle ne se rendant plus compte de leur propre balourdise,  ils étaient  devenus totalement « Deborderline ».  Cette déviance schizoïde du réel inversé nous apparaissant comme  le signe manifeste d’un basculement des stéréotypes qui glissaient en quelque sorte sur une peau de banane  médiatique et nous  régalaient du spectacle de les voir tomber sur le cul.

Rappelons à la police de la pensée que toute bonne propagande, et cela depuis Goebbels, son sinistre inventeur, doit par principe  fondamental apprécier la distance qui sépare la vérité des fables qu’elle sert aux dupes qui en font leurs opinions. Mais, si d’aventure cette appréciation des distances se trouve négligée en raison de la médiocrité ou de la trop grande insouciance de ses artisans, nous entrons alors dans une phase de « perte de contrôle » où les dupes eux-mêmes se trouvent comme secoués et réveillés par les tartes à la crème qui traversent leur petit écran.

Les Rockuptibles entrent ainsi avec vous tous, par la force des évènements, dans une nouvelle ère. Une ère beaucoup plus sérieuse où nous pourront toujours nous distraire au théâtre de ces marionnettistes qui nous manipulent et se prennent les pieds dans leurs propres ficelles.

Nous conservons évidemment à l’intention des lecteurs toutes les publications postées à ce jour. Nous y ajouterons ceci : usez, chers lecteurs et lectrices d’une grille de lecture rétroactive et comparative. Regardez le JT et lisez, ou relisez ce que constituent désormais les archives de Les Rockuptibles. Alors vous jugerez des deux qui est le plus bouffon.

Enfin, nous pensons qu’il est désormais venu le temps nouveau de réinventer un véritable consensus philosophique et non plus  uniquement matérialiste pour déterminer nos choix politiques et notre avenir social.
Tout doit disparaître……..

TRUMAN CONDOM

L’infox brève en images news

Lundi : la télévision est une drogue extrêmement dure. Ici un pitoyable et tragique "tv-addict" s'en va regarder le 20 heures de TAF1 dans une cachette connue de lui seul
Mardi : les français encore consacrés champions de l'amour avec des performances sexuelles pouvant aller jusqu'à 4 minutes 27 secondes. Cocorico !
Mercredi : les The Greens ont tenu leur Université d'été aux Philippines, on peut ici observer de loin les indices d'une intense réflexion collective
Jeudi : Johnny Hallyday toujours en plein enregistrement : ici en studio avec Maxime le Forestier
Vendredi : la vie sous un parapluie est mauvais pour l'équilibre familial
Samedi : vidéosurveillance, ces hommes cherchent en vain à se débarrasser d'un ballon volé dans un supermarché de Créteil-Soleil. La délinquance en baisse grâce à la technologie du superfliquage
Dimanche : Des anges surpris dans le ciel par un nouveau procédé photosonique de la NASA près de la constellation Alastor 2045


L’infox brève en images news

Modes et travaux : lingerie fine, le célèbre slip kangourou indonésien enfin présenté au grand public.
Sport spirituel : ici en Pologne, une nonnette s’entraîne au 100 mètres marchés sur l’eau pour les prochains Jeux Olympiques qui auront lieu au Vatican en 2033.
Fuck Me I’M Famous : ce cargo qui transportait les prochaines boites de nuit de David Guetta a fait naufrage au large de Goa. Moins de super fun en prévision sur les dancefloors dans les mois à venir.
Voodoo : je sais moi des sorciers qui invoquent les jets dans la jungle de Nouvelle-Guinée. Ils scrutent le zénith convoitant les guinées que leur rapporterait le pillage du fret. Ils rêvent de hijacks et d’accidents d’oiseaux. Ces naufrageurs naïfs armés de sarbacanes sacrifient ainsi au culte du cargo en soufflant vers l’azur et les aéroplanes. Brrr….
Foute : ces deux gourous se partagent un cerveau sphérique en suspension au-dessus de leur karma.
Open bar au Paradis : ces heureux élus profitent d’une vie terrestre vertueuse et s’en vont vers l’au-delà se taper des Mojitos tout nus et bientôt tout bronzés.
Atchoum, le célèbre nain se serait échappé de Disneyland  Sydney : on l’a enfin repéré au large des côtes sur une felouque où il s’est bêtement trahi en éternuant trop fort.

Clonage : Il y a 33 ans le roi du rock nous quittait dans une explosion de beurre de cacahouète et de germination sauvage. Sporifié en plus de cinq cent milles exemplaires, il est maintenant en voie de peupler la planète entière.

L’infox brève en images news

Lundi : en Inde la lévitation est autorisée par le code de procédure pénale. Ici des policiers en train de simuler une "descente" au Nirvana
Mardi : la formation de la bulle financière internationale enfin identifiée, elle vient de Chine et c'est à cause des petits nenfants. Reste à déterminer avec précision comment ils font cela.
Mercredi : le Pélican noir, logo connu d'une grande marque de bière, a été détourné astucieusement par une autre grande marque de pétrole. La propriété intellectuelle menacée ?
Jeudi : les coréens ont fabriqué un suppositoire géant pour guérir la planète. Reste à le placer dans l'origine du monde, présumée se trouver en Islande.
Vendredi : garderie. A Burgos en Espagne, on ne sait plus quoi faire avec les bébés délinquants juvéniles : alors on les occupe comme on peut. Ici un éducateur spécialisé leur explique l'épreuve olympique du 110 m haies.
Vendredi encore : à quelques jours du Moundial de Foute, les entraîneurs de l'équipe de Golgoroth-city accueillent les joueurs arrivés de Sirius (Alastor 468 près de la naine blanche NFXk85596) en vaisseau spatial.
Samedi : retour de boite de nuit mouvementé. Un verre de trop et c'est la catastrophe : restez sobres !
Samedi : consommation. Cet homme prend un pauvre animal sans défense pour une barre au chocolat.
Dimanche : l'émission Gros Plan Sur sera consacrée à Rocco Sifredi.
Dimanche enfin : people, Lolo impératrice et Momo imprécator vivent en union libre dans leur full-duplex.

L’infox brève en images news

Lundi : le poinçonneur des Lilas au Guatemala se lâche un peu, goûtant cependant une retraite bien méritée, il déclare souffrir de " la nostalgie du bon vieux temps ".
Mardi : les Télétubbies s'exportent bien à l'étranger. Ici la version iranienne.
Mercredi : il est enfin prouvé qu'un QI de poisson rouge suffit pour jouer au football
Jeudi : un chalutier anglais fait le plein de fuel dans le golfe du Mexique
Vendredi : engagez-vous !
Samedi : une photo audacieuse du congélateur de Patrick Bateman (american psycho).
Dimanche : un avant-projet en exclusivité des illuminations pour Noël 2012.