Archives pour la catégorie Société

Le nouveau terrorisme sera-t-il plus fashionnable ?

Cet individu, Julien Lambert, serait responsable de la moitié des catastrophes  mondiales dont 95 % ont eu lieu sur le sol américain.  Cet homme ne réclame rien, ne déploie aucun drapeau, ne se réclame d’aucune idéologie, d’aucune religion, d’aucun héritage culturel. Cet homme, un français, fait le mal ( ou disons le pas bien) juste pour le plaisir de le faire et, qui sait, obtenir un travail ?

Cyberpunk ou punk cybernétique ?

Il publie sur un MP4 encodé aussi en .avi, une courte vidéo qui court sur le WEB où il explique que ses premiers émois datent de l’école maternelle quand il a tiré très fort- un peu trop fort – sur les nattes de CAROLINE Boucourty; « Lorsqu’elle s’est mise à pleurer puis à hurler d’humiliation, plus que de douleur, je ressentis une félicité indescriptible et compris ma force. Je devins rapidement le type le plus infréquentable de la cour de récréation. Puis en 1995, mes parents nous ont emmenés à Palavas les Flots; c’est là avec une pelle et sceau de plage que j’ai commencé à creuser le trou de la Sécu. Il suffit d’y croire et les choses arrivent ! »

Depuis il clame son engagement dans la chute de 26 millions de tartines côté beurre, de 5863 ingestions crapuleuses de la dernière bière qui restait au frigidaire, de 78523 télescopages douloureux du petit orteil dans les tables basses, d’un nombre incalculables de bugs sur des machines allant du PC de bureau à la PS3, de l’invention clandestine de la Star Academy, de 523986 litres de café bouillu ( café foutu), de la montée en puissance du port de T-Shirts arborant le pronunciamiento  » I’m a geek. Aren’t you ? »

Image

Portrait robot de l’homme le plus dangereux de la terre tiré de sa vidéo posté cette semaine sur you tube :il semblerait que le gouvernement laisse filtrer  les informations au compte-gouttes carrées

Seulement, lorsqu’il proclame être responsable de la majorité des règles douloureuses chez 20% des femmes qui souffrent de ce problème, on reste freudiens et sceptiques.
En attendant, le gouvernement prend la menace très au  sérieux et conserve un mutisme surprenant dans cette affaire.
« Peut-être c’est à cause de lui qu’on se coltine un mec qui porte le nom d’un fromage  étranger comme Président » ricanne à demi voix un membre du Conseil d’Etat

Le Nouveau Terrorisme est né ?

Enfin, la conclusion s’impose : Julien Lambert a accompli un pas en avant dans l’horreur. Plus de cause à défendre, de vierges lubrifiées à gagner (  » de toute façon, les filles ça dit que des choses idiotes et ça aime pas faire de la mobylette » NDLR ). Moi, je veux un petit boulot pépère à surveiller les gens. Notre homme a mis au rencard les slogans dépassés et hop :  plus de  » liberté chérie où écrire son nom ! et à la poubelle  les « plage débile sous les pavés de la Capitale ».

« La liberté ? » c’est un truc pour les retraité, parce que il s’agit de les occuper avant qu’ils meurent et vu qu’ils meurent vachement tard de nos jours. Alors un sujet  vaste et embrouillé est une aubaine. Même des profs à l’Université n’y comprennent plus rien et en discutent en vain et ad nauseam ! »

Par ailleurs, Julien ne souhaite seulement effrayer et ne veut pas tuer, ni blesser personne, la gloire il le sait en contemplant celle de Steven de la Nouvelle Star est passagère : c’est un de ses principes genre sic transit gloria mundi ( je sais pas ce que ça veut dire, mais il faut reconnaître une certaine culture à Julien). Ainsi, travailler pour une agence gouvernementale de gestion de la psychose collective, sans qu’une goutte de sang soit versée fait luire de la joie mêlée de remords dans les yeux par ailleurs, inexpressifs de Julien, jusqu’à cette révélation :
 » L’an dernier, j’ai jeté le poisson rouge de Stéphanie Coincoin dans les WC, son souvenir me hante chaque nuit lorsque je tire la chasse d’eau ! et me couvre de canard WC de la tête aux pieds »

Terroriste oui, mais selon Julien, « Il y a une éthique à respecter. Je veux dire que je me positionne d’une façon originale sur le marché du chômage. » Lorsque le terrorisme sera une affaire privée comme les ennuis dus à l’utilisation sans précautions de FaceBook, la chaude-pisse ou l’usage immodéré de la télévision, en somme la sensation d’être passé à côté de sa vie laissée pilotage automatique par des connards sans imagination. Ce  jour là, Julien aura gagné son pari contre le chômage le concernant.

Jean-Mireille de Montmorency.

Publicités

Fuck me : I am serious !

Où l’on apprend avec une certitude scientifique que les gens de la Doite se touchent et couchent moins que ceux de la Dauche.
Le magazine Hot Video que nous tenons à la rédaction de Les Rockuptibles pour une source d’infoxmation des plus sérieuses, a effectué un sondage en partenariat libre avec l’Ifop pour nous apprendre que la musique influence bien les moeurs et que l’on peut désormais classer les gaucho-échangistes, les marxo-sodomites, les extrêmes-centristes à tendance bicamérale,  les conservateurs-onanistes; le tout avec des vrais chiffres à l’appui…. Et plus si affinités.

Une vue du ciel d'un groupe de français à tendance sado-centriste et UMP-masochistes

Témoin cet extrait cité in extenso dont nous goûtons tout le sel avec l’eau à la bouche :

 » La fellation est par exemple une pratique plus répandue chez les femmes de gauche (81 % déclarent l’avoir déjà pratiquée) que chez les sympathisant(es) de la droite parlementaire (69 %). Idem pour la sodomie qui serait une pratique plus répandue à gauche qu’à droite. 48 % des sympathisants de gauche assure l’avoir déjà pratiquée contre 43 % des sympathisants de l’UMP ou du Modem. L’écart est encore plus grand entre les électeurs des partis de gouvernement (45 %) et ceux des partis protestataires (55 %), comme si, note l’Iflop, « la contestation du système politique dominant allait de pair avec une plus grande transgression des codes traditionnels de la sexualité ». »

Enfin des bases solides et renseignées pour invectiver en termes fleuris et gaulois les gens qui ne pensent pas comme vous !

Fuck me : I am serious !

 Philippe K.Bite

L’ i-Phin des temps par Billy Zeguique

L’iPhone serait fabriqué en Chine par des enfants de 13 ans travaillant 16h par jour pour 0,70 dollars de l’heure. Et alors ?

Aaron Shumaker - CC by-nd

Le pire, c’est de penser que même si les produits apple étaient fabriqués dans de bonnes conditions, ce serait encore stupide de les utiliser, et ce serait *encore* un choix désastreux entrainant des conséquences vous dépassant largement !

Les enfants au travail et les suicides chez Foxconn, c’est juste le début de la discussion !

Et un truc marrant avec les mactards, c’est qu’il ne connaissent *rien* à la véritable histoire d’apple, de la silicon valley des 80s, Amiga Atari IBM PS/2, C/C++, GNU, the whole shebang, c’est pourtant passionnant et pas vraiment compliqué, très bien documenté et tout, mais non, ça se la ramène à base de « J’utilise des macs depuis des années et depuis mon caca est parfumé, et mes enfants m’aiment » et c’est pas la peine de tenter de leur expliquer pourquoi iTunes est un cauchemar privatif, une prison dorée remplie de moutons agressifs envers les autres moutons, les libres, qui tentent de leur ouvrir les yeux depuis des *années* (soupir).

Folklore : Macintosh stories
http://www.folklore.org/

Depuis des décennies on tente de vous avertir, en prenant le problème par les deux extrémités, la télé mainstream d’un coté, le nucléaire de l’autre, mais non, vous n’entendez pas.
Vous préférez hurler « Wah l’autre, comment il est agressif, eh moi je critique pas ta vie alors critique pas la mienne et la liberté alors » AH !

On tente depuis des années de vous intéresser à de vrais systèmes, de vrais ordinateurs, des procédures intelligentes, qui permettent d’organiser sa vie autrement mieux qu’avec un iPhone, mais vous n’écoutez pas, vous vous ruez chez les charlatans qui volent ces technologies qu’on développe dans l’univers du logiciel libre, les transforment en piège à rats dans le genre d’iOS, en hurlant « c’est ma liberté » HA !

La liberté ? T’en parles, là, mais define freedom. Vas-y, c’est quoi, pour toi, la liberté ? Laisse-moi te dire un truc mon pote, moi je suis comme Stevie Wonder « I’m not free, but I’m working on it » eh ben la liberté mon pote, c’est chaud, c’est froid, ça rape, ça sent fort, je peux pas te dire que c’est pas bon – moi j’adore ça – mais je suis pas sur que tu la reconnaitrais même si elle te PETAIT A LA GUEULE, la liberté !

Tu MARCHES dessus avec ton iPad et ton 4×4 « vert » et ta télé en veille la nuit et ton journal « gratuit » et ton homophobie ordinaire et tes serveurs sous windows et tes magazines débiles et ta montre hors de prix et toutes ces conneries que tu dis, eh, tu crois que je t’entends pas dans le métro ? Tu parles de liberté ?

Aujourd’hui internet est là pour nous informer, ya plus aucune excuse, ça devient même difficile de contrôler l’information, mais ceux qui la contrôlent réalisent dans un frisson de soulagement que c’est même plus la peine ! Les documents sont là pourtant, tout le monde peut les lire, mais nan, regarde, ils s’échangent des vidéos de chatons et de bébés sur facebook !! C’est GENIAL !

Prèt à jeter : Obsolescence programmée
http://www.youtube.com/watch?v=iB8D…

C’est bientôt la fin. La foret amazonienne recrache du CO2, Microsoft a racheté Skype, you name it. C’est foutu.

Ce serait pas si difficile d’arreter ça, en nombres purs. Il suffirait de décider d’arrêter d’être cons. Là, tout de suite, de reprendre la main sur les choses de faire preuve d’un peu de bon goùt (cette musique est objectivement merdique) de culture (ce break-beat poussif était déjà honteux dans les early 90s) d’humanité (oui tu peux passer un coup de fil avec mon mobile parce que tu es en chien, évidemment, tiens) d’intelligence (un ordinateur, c’est basiquement des fichiers dans des dossiers).

C’est comme le Concordia. Des touristes méchants et stupides qui se sont entre-tués pour sortir du piège à rats d’une gigantesque baignoire puante de gazoil, le tourisme le plus stupide que se puisse imaginer, des piscines sur des bateaux.

DES PISCINES SUR DES BATEAUX. (Rien que ça, si les extraterrestres nous observent, est une bonne justification de la vitrification de la planète).

On pourrait penser que les mamies à cheveux roses et les benêts à forfait 4G vont reconsidérer leur mode de vacances. On leur a dit, que construire des bateaux de cette taille posait des problèmes insolvables d’évacuation, mais je suppose qu’il ont répondu comme le premier imbécile à iPhone « ouais mais oh pourquoi nous ? En face ils font des gros bateaux tout pareil, alors camembert ».

Mais non. Non, non.

Mais oui, je mélange tout, bien sur. On a réussi à vous faire croire qu’on était différents. C’est FAUX. On est tous pareils. TOUS.

Et tout le monde va voter contre quelque chose et retourner dans sa vie merdique vérifier que rien n’a bougé, qu’on lui a rien volé. C’est tellement plein de salopards, dehors, hein ?

Touche pas à mon iPhone. Touche pas à ma bagnole. Pousse-toi de devant le match.

La politique, c’est dans la vie, à chaque instant, tout de suite, dans chaque décision qu’on prend, si minuscule soit-elle. You are in control, dumbass.

Billy Zeguique


La Dieutetique

Salut les filles …. Génial, c’est déjà le 1er juin et il faut penser à se faire un petit look michto pour les vacances d’été.

Alors cette semaine, pour les girls qui pondèrent un peu trop du derrière, notre équipe s’est tourné vers le régime giga tendance qui risquerait bien de vous transformer en bombe atomique en moins de temps qu’il ne faut pour appuyer sur le bouton rouge et ça s’appelle la Dieutétique.

La Dieutétique c’est la nouvelle ligne claire mystic-fooding du moment, inventée par un diététicien autodidacte de génie : Elron Bobbard, qui selon ses propres termes a vu la lumière éloigner la culotte de cheval et les vilaines marées de cellulite qui montent après nos hivers un peu trop festifs !

La bible minceur de Elron Bobbard

Alors les girls, ouvrez grand vos shakras et laissez vous pénétrer par la sagesse new-age du régime minceur Dieutétique inventé par le nouveau prince de la mincitude bombastique.

Allez c’est parti pour entretien exclusif avec Elron Bobbard, le gourou branché beauté qui va, en exclu pour Les Rockuptibles, nous dévoiler ses secrets de fabrication.

Les Rockuptibles : Woa, salut Elron,

Elron Bobbard: Salut Jean-Mireille.

Les Rockuptibles : D’abord Elron je voudrai dire que j’adore ton look jean-slim-léopard-Vuarnet-petit marcel-près-du-torse-coupe-au-bol.

E.B : Merci. C’est cool. J’adore tes Doc Marteens à talons aiguilles, Jean-Mireille !

Les Rockuptibles : Yeah ! Alors, Elron, on parle déjà de toi comme du prophète minceur du XXI ème siècle. Mais il faut expliquer davantage  ta vision à nos lectrices.

E.B : Ouais. Salut à toutes les lectrices de Les Rockuptibles. Je suis top content de me retrouver ici. Tout d’abord, je voudrais mettre un peu le pied sur la pédale du frein à main de cet enthousiasme un peu obscène mais bien naturel qui accompagne la sortie de mon bouquin. Je  veux dire que je fais pas ça pour le succès ou l’argent mais parce que j’ai une…comment dire ? Mission à accomplir.

Les Rockuptibles : Naaaaaaaan. Trop Zen ! T’es vraiment aussi cool qu’on le dit alors ?

E.B : Plus que ça baby, bien plus que ça…. J’ai décidé livrer sans détours les plus grands et les plus antiques secrets de beauté ce qui fait que je prends des risques énormes. Il y a en face des gens que ma démarche dérange. La Dieutétique n’a pas que des adeptes convaincus, comme toute théorie révolutionnaire, elle a aussi ses ennemis déclarés. Copernic s’est fait grave embrouiller sa race quand il a dit que le soleil tournait autour de la terre.

Les Rockuptibles : Comment ça ? C’est pas l’inverse ?

E.B : Peut-être, ouais, mais c’est une question old school, un truc lointain qui ne nous concerne plus. Nan, le principe de la Dieutétique c’est que les obligations alimentaires prescrites dans les grandes religions monothéistes sont bonnes pour le corps. Ce sont en quelque sorte des régimes diététiques high-tech dictés par les anges du paradis!

Les Rockuptibles : Alors où est-le-pro-blème ? Elron ?

E.B : Et bien, la Dieutétique repose entièrement sur des prescriptions tirés du Talmud, de la Torah, du Coran, des Encycliques papales et de quelques tuyaux annexes de Jean-Pierre Koffe. Seulement, j’ai pris librement l’économie de supprimer tout l’aspect religieux de l’affaire pour me concentrer uniquement sur les réductions caloriques de la mystique monothéiste et certains coupe-faim de la scolastique du haut moyen-âge.

Les Rockuptibles : En d’autres termes, tu as supprimé Dieu des écritures.

E.B : Oui, je pense que Dieu est une surcharge pondérale pour l’esprit et pour le corps mais que les livres « sacrés » sont bourrés de bonnes idées pour garder la forme et une silhouette adaptées aux exigences de la vie moderne et à la dernière collection de bikinis  de l’été prochain. J’ai pris le meilleur et jeté le superflu en quelque sorte.

Les Rockuptibles : Sûr que ce n’est pas du goût de tout le monde. Tu veux dire que on peut par exemple manger kasher ou hallal sans croire en la toute puissance du Créateur ?

E.B : Oui, tout à fait. Dieu est assimilable dans ma théorie à un surcroît de graisses animales qui alourdissent la conscience de soi. On peut manger spirituel sans forcément se plier à la loi divine. La Dieutétique te permet d’avoir un accès total aux traditions millénaires en 70 pages de conseils minceur éprouvés par des générations de fidèles et pour seulement 58 euros TTC.

Les Rockuptibles : Géniaaaaaaaaaaal. Et ça marche vraiment ?

E.B : Graaave ! Tu veux être bonne comme Salomé ou Dalila sans faire la misère à Samson ? Avoir le sex-appeal de Khadija ou de Aïsha sans devoir épouser le prophète ? Le look top-model volcanique de Sainte Thérèse sans le martyr du célibat ? Bin t’as qu’à acheter mon livre : la Dieutétique, en vente dans toute les bonnes librairies.

Les Rockuptibles : Attends, tu veux dire que la religion est une bonne chose tant qu’on ne met pas de théologie dedans ?

E.B : Pardon ?

Les Rockuptibles : J’veux dire tu penses qu’on peut être athée et quand même juif ou musulman au plan alimentaire sans avoir besoin de croire en Dieu ?

E.B : Tout à fait ! Il est prouvé que l’âme ne pèse que 21 grammes, alors à quoi bon se concentrer dessus lorsqu’on a parfois cinq à dix kilos à perdre ? C’est du temps perdu.

Les Rockuptibles : Ok doc, donne-nous un exemple concret, un petit conseil  pour celles qui nous lisent.

E. B : Allez, c’est pour vous les filles. Remplacer le pain par des hosties non consacrées par exemple. C’est deux kilos de moins par  semaine.

Les Rockuptibles : Incroyable ! Mais quand même, tu risques pas des histoires avec les droits d’auteur ?

E.B : D’où ? Les prophètes sont venus gratuitement nous délivrer un message de paix, d’amour et de super silhouette universels. Non, mon livre est une compilation. Que du sampling si tu veux, je suis une sorte de DJ du corps parfait ! Et puis tous ces textes sont dans le domaine public : mon avocat me l’a garanti. C’est ça k’est génial.

Les Rockuptibles : Ouais c’est top ! Merci Elron pour ces explications qui vont sans doute changer la vie des girls qui nous lisent. Un mot pour finir ?

E.B : Achetez mon bouquin et sculptez-vous un corps de rêve. Le paradis c’est ici et maintenant. Et comme disait l’autre : « Plus t’es lucide, plus t’es splendide ! »

Propos recueillis par Jean-Mireille Montmorency

Le Commencement de la Fin ?

Depuis deux semaines désormais, on assiste à une déflagration dans les mentalités dont l’onde de choc n’a pas encore fini de nous atteindre. L’affaire DSK, puis Tron présagent de lendemains à la gueule de bois pendant lesquels la langue du même matériau risque de devenir inopérante.
Le public prend conscience avec la violence d’un coup de fouet au Donjon (la meilleure boite de nuit échangiste  SM de la capitale) que les pipolitiques ne sont pas des personnages de Walt Disney. Certains sont des monstres à l’ego sur-dimensionné, d’autres des mutants aux moeurs discutables et aux boulimies inavouables.
C’est l’histoire d’une saga dans laquelle nous sommes de pitoyables figurants, même pas rémunérés.

Ils ne sont pas là pour sauver la planète : bien au contraire !

Tout a commencé il y a longtemps, lorsque nous avions la tête tournée ailleurs, pensant que les choses pourraient changer. C’était au fond une foi de charbonnier qui obscurcissait notre sens des réalités. De déceptions en frustrations, de scandales en sidérations, le public comprend peu à peu que le monde du show-biz pipolitique ressemble à quelque chose de pire que ce que nous pouvions imaginer. Le film est commencé, l’affiche s’est trouvée placardée sur chacun de nos moments quotidiens, seulement, nous ne sommes pas dedans, mais derrière….

Pour le moment en tout cas…..

Truman Condom

La fin de l’égoïsme

Nous n’avons plus rien car nous n’avons jamais rien eu.
Ce qui nous possède se limite à tout ce que nous avons voulu, pas même à ce que nous avons eu.
La beauté est à nos pieds mais nous marchons dessus.
La prison est en nous et la clé se trouve dans notre pardessus.

Ceux qui nous possèdent ne le font que parce que nous le voulons bien.
L’amour n’est pas un mot qui se traduit en acte mais un acte qui n’a pas de mot pour se décrire.
Ce qui nous est retiré nous est ajouté à la fin.

La peur et sa concubine, la bêtise est un bien de consommation de masse.
Nous sommes la masse mais le poids nous manque pour devenir critique.

La légèreté qui fait la noblesse de nos âmes s’est trouvée abolie par de plus sots que nous.

Nous sommes bien plus libres que nous avons l’ombre de l’imaginer.
Seule notre capacité d’être maintenant nous sera la possibilité d’un avenir.

Soyons fous n’ayons plus crainte du prochain car il est à deux pas d’accomplir notre destin tandis que nous accomplirons le sien.

Libérons des chaînes l’esclave au fond de nos peines, rien ne nous appartient quoique ils eussent pu nous le faire croire.

La jeunesse est une eau vive entre nos mains, comme la vie elle coule et jamais ne revient, sauf pour sauver nos enfants
du début de la fin.

Antoine de Saint Exaspérant.

L’e-dito de Truman Condom(e)

Le Rock c’est fini et la java c’est pareil, n’en déplaise au philosophe Michel Sardou ! La musique ne se vend plus et c’est tant mieux : j’ai toujours détesté ça. On l’écoute encore par ennui ou, en vertu d’une antique tradition populaire aux fins louables d’emmerder ses parents et ses voisins. En dehors de ces survivances déliquescentes, la révolution Internet a profondément changé les coutumes et les profils de consommation. L’explosion des réseaux sociaux et du Web 2.0.4.7-9 en témoigne qui empile sereinement les cadavres de vieilles pop-star oxydées dans les placards de l’histoire.

le petit père des people

Le groupe Gouvernement refondé sous le patronyme UbU 2 s’essouffle à ce jour dans une ultime tentative désespérée de populisme  et tente en vain de focaliser le reliquat d’intérêt du public sur ses derniers vagissements. Avec pour seul résultat d’ajouter son nom à la liste des victimes du nouvel ordre numérique. Le groupe naguère au zénith qui dressait un féroce mur du son entre riches et pauvres, entre travailleurs et glandeurs, entre exclus et inclus, entre en haut et en bas, entre toi et moi, a perdu toute sa street credibility et ne fait plus trembler ni les gens, ni les murs.
Coupable, sa Web attitude qui fait résonner de rires d’enfants les cours de nos écoles maternelles. Jusqu’à mon petit neveu qui préfère à l’écoute du dernier LP, Petit Père des People, l’art de coder des interfaces Web en PHP pour vendre ses dessins d’écolier importés de Chine Populaire sur un site d’E-commerce relayé sur Facebook (lateteatoto.com).

Le monde change et il faut s’adapter. Vae Victis comme disait mon professeur de latin citant je ne sais quel autre tyran-histrion ( était-ce Néron ?) d’un monde barbare dépourvu de connexion peer-to-peer. Car ces autres Pairs de la royaumité démocrassique  de les People de Francie ainsi que se nomme la collégialité UbU2 ne font plus rêver les fans. MAM UbU, DAD UbU (ex-Nick President Sarkozy), SAD UbU, BAD UbU : autant d’identités en crise qui ne trouvent plus d’échos entre les oreilles de nos chères têtes blondes.

Truman Condom(e)

Les Rockuptibles de retour

Tel un Béhémoth confit dans les gelées de la pensée unique, Les Rockuptibles s’étaient mis en sommeil en attendant des jours meilleurs. Les auteurs enfermés deux années dans les caves de la rédaction, nourris au pain sec et à l’eau du robinet avaient fomenté une fronde qui les conduisirent vers la démocratie et menèrent Truman Condom(e), le rédacteur en chef, à prononcer la liquidation du Blogzine. Ce dernier s’épuisait depuis en mondanités et en ruminations désoeuvrées sur Facebook où il renouait d’anciennes accointances avec ses vieux camarades de Harvard.

Mais les récents évènements en Afrique du Nord et à travers le monde arabe nous ont tirés de notre torpeur et après une séance houleuse et plénière des membres de l’ancienne rédaction, nous sommes arrivés à l’unanimité par prendre la décision de reprendre l’ours là où nous l’avions laissé.

 

Les quinze membres ( au premier plan ) de la rédaction du blogzine révolutionnaire Les Rockuptibles

Dimanche matin, 20 février 2011, Truman Condom(e) a reçu notre délégation dans son quinze pièces cuisine de l’avenue Montaigne et c’est les mains enfoncées avec désinvolture dans les poches de sa robe de chambre fétiche ( un cadeau d’Hugh Hefner (ndlr) ) qu’il nous a déclaré :

 » Ah comme je suis content de vous revoir, mes amis ! Alors comme ça la mutinerie est terminée ? Non, non, pas un mot : je ne vous en veux pas, car pour ma part tout est oublié. La porte de ma cave vous demeure toujours grande ouverte et je ne pourrais sans me déshonorer éconduire une telle brochette de talents, une telle concaténation de grands esprits. Vous voulez reprendre le journal dites-vous ? Certes, mais il va falloir consentir quelques sacrifices.

Primo, finies les vacances à Montreuil (93) et les virées du samedi soir au Café de la Gare du Nord. J’attends de mes journalistes qu’ils soient sur la brèche 24 H/24 : je finissais par vous trouver ramollis et indolents. Vous étiez sur la pente de l’embourgeoisement, on aurait dit une véritable digestion dominicale en vous voyant…Méfiance et vigilance mes fiers spadassins, car nous sommes l’élite de la contestation, l’avant-garde de la critique sociale, la migraine du système médiatique, son meilleur cauchemar, son antidote également et par dessus tout sa noble frugalité. Voilà qui mène à mon secundo : vos propensions coupables à la consommation de viande rouge tous les midis et ce goût de précieuses ridicules pour le chauffage central qui nous conduiraient droit dans le mur si vous aviez l’audace de persister dans les sottes revendications qui furent les vôtres.

Excusez la franchise de mon propos, mais je vous le déclare franchement : vous étiez en train de vous Pernauiser, de vous David Pujadassifier, le Claire Chazal en bandoulière pour ainsi dire. Mais laissons au garage les récriminations. Hardis petits, c’est oublié : sus à vos claviers et à vos Ataris ! L’information est une campagne militaire, que dis-je une conquête spatiale au point où nous en sommes rendus.

Oh j’oubliais, il va falloir tout nettoyer en bas, la femme de ménage refuse de descendre à la cave que vous avez laissé dans un état proche de la Lybie. Elle m’a avoué n’avoir jamais pensé que des journalistes pussent sentir aussi mauvais, elles pensaient que Les Rockuptibles étaient rédigés par une meute de gorilles radical-socialistes en rut. Alors de la discipline, mes enfants, deux chiffres et un grand auteur classique : dix-six-Pline : voilà le nombre d’or de notre entreprise. Seize avec votre serviteur. Vous êtes quinze, alors vous devriez être capables d’entretenir une grotte de 50 mètres carrés. Organisez-vous diantrefeucques ! Allez, allez mes chers amis : je ne vous blâme pas, car un père peut-il rejeter son enfant revenu au bercail ? Fi, non. Descendez au travail, allez descendez mes chers petits, que je ferme derrière vous… »

Je me rappelle d’avoir surpris J.B Kérozen qui en avait presque les larmes aux yeux. Était-ce de joie ? Ou bien une poussière dans l’oeil ?

Tout cela pour vous dire que nous sommes de retour…

Victor Ego

Tout doit disparaître

Moi, Truman Condom, après avoir assuré la capitainerie des Rockuptibles pendant deux années durant lesquelles j’ai mené la barre de ce navire fort d’un équipage de quinze auteurs dévoués et talentueux prononce en pleine possession de mes facultés pataphysiques et cérébrales la liquidation de ce webzine tel que vous l’avez connu.

Truman Condom

Il faut préciser à l’intention des profanes que le but affiché des Rockuptibles était de moquer les outils autant que les usages de la propagande  médiatique orchestrée  par les pouvoirs en place. Nous avions par nos sottises,  par ce que certains pourront considérer comme de la vulgarité ou du mauvais goût ou par ce que d’autres qui nous le concèdent – une plume acerbe et vigoureuse – décidé de prendre pour cible la bouffonnerie décomplexée de la société médiatique. Nous y voulions dénoncer le mensonge permanent et le mode viral par lequel la presse et la télévision nationale ont intoxiqué notre quotidien. Le pouvoir de l’infox !

Désormais, cette facilité de ton nous est forclose dans la mesure où elle a perdu toute pertinence.

Les Rockuptibles cessent ainsi leur activité de « grande gueule » digitale. Toute satire nous semblant au vu des récents évènements désormais caduque,  nous en tirons les conséquences qui s’imposent. Nous nous expliquons.

Les maîtres dépassent les élèves…

La décision de liquider Les Rockuptibles nous a été dictée par la  fortuite audition un certain lundi 18 octobre 2010 du JT de France 2  dans lequel la grossièreté pitoyable du propos nous a fait rire aux larmes en même temps qu’elle nous a forcé reconsidérer l’essentiel de nos activités. Les rôles se trouvant alors selon nous, subitement inversés.

De sorte que, à la sortie de cette expérience métaphysique, il nous a semblé manifeste que Les Rockuptibles avaient été rejoints et dépassés dans les registres du grotesque par les modèles qu’ils avaient pour vocation de pasticher. Le Journal de 20 H de la chaîne publique nous avait détrônés et fait mordre la poussière en nous tenant les côtes.

C’est que, dans le choix des sujets,  dans la niaiserie compassée des analyses, dans le traitement ronflant des thèmes abordés, dans le ridicule des « experts » convoqués à l’antenne, dans la sotte évidence des questions posées lors des interviews, dans le prêt-à-penser puéril et les idées en solde, dans le côté bourgeois gentilhomme de David Pujadas qui avait l’art de faire de la désinformation comme M.Jourdain celui de faire de la prose; rien n’avait été économisé par nos saltimbanques-journalistes de la télévision pour produire le plus savoureux effet comique.

Le syndrome « comique qui s’ignore » de la société du spectacle contemporaine…

Mais nous ne cessions pas céans et arrivions à cette seconde conclusion que le système de la société spectaculaire était entrée dans son ère « comique qui s’ignore » incapable désormais de prendre la mesure de sa sotte vulgarité. De là, nous  constations que les agents de la propagande officielle ne se rendant plus compte de leur propre balourdise,  ils étaient  devenus totalement « Deborderline ».  Cette déviance schizoïde du réel inversé nous apparaissant comme  le signe manifeste d’un basculement des stéréotypes qui glissaient en quelque sorte sur une peau de banane  médiatique et nous  régalaient du spectacle de les voir tomber sur le cul.

Rappelons à la police de la pensée que toute bonne propagande, et cela depuis Goebbels, son sinistre inventeur, doit par principe  fondamental apprécier la distance qui sépare la vérité des fables qu’elle sert aux dupes qui en font leurs opinions. Mais, si d’aventure cette appréciation des distances se trouve négligée en raison de la médiocrité ou de la trop grande insouciance de ses artisans, nous entrons alors dans une phase de « perte de contrôle » où les dupes eux-mêmes se trouvent comme secoués et réveillés par les tartes à la crème qui traversent leur petit écran.

Les Rockuptibles entrent ainsi avec vous tous, par la force des évènements, dans une nouvelle ère. Une ère beaucoup plus sérieuse où nous pourront toujours nous distraire au théâtre de ces marionnettistes qui nous manipulent et se prennent les pieds dans leurs propres ficelles.

Nous conservons évidemment à l’intention des lecteurs toutes les publications postées à ce jour. Nous y ajouterons ceci : usez, chers lecteurs et lectrices d’une grille de lecture rétroactive et comparative. Regardez le JT et lisez, ou relisez ce que constituent désormais les archives de Les Rockuptibles. Alors vous jugerez des deux qui est le plus bouffon.

Enfin, nous pensons qu’il est désormais venu le temps nouveau de réinventer un véritable consensus philosophique et non plus  uniquement matérialiste pour déterminer nos choix politiques et notre avenir social.
Tout doit disparaître……..

TRUMAN CONDOM

Escalade dans la terreur

L’imagination des terroristes ignore toute limite dans l’abomination. Le terrible CIA ( Complot International Aveyronnais ) a en effet lancé une nouvelle campagne occulte de menaces publiques contre notre brillante civilisation et le monde libre en général. Les pileux moustachus, selon des sources officieuses mais autorisées, préparent une vague d’assassinats politiques qui débuterait prochainement…..
Les sueurs froides sont de mise.

Car la terrible et odieuse trouvaille des mollahs du CIA est tout simplement diabolique par sa limpide cruauté. Les sanguinaires moustachus ( qui prônent le port de la moustache obligatoire pour les femmes nubiles ) ont conçu dans les fièvres paludéennes de leurs esprits machiavéliques un plan de déstabilisation absolue du monde occidental en s’attaquant aux plus grandes personnalités de l’histoire armés d’un simple canif.

Tuer ce qui est déjà mort ! Du terrorisme à l’horrorisme.

 

Un horroriste aveyronnais de la branche radicale du CIA

 

En effet, il semblerait que les infâmes conspirationnistes  auvergnats aient planifié l’exécution de VIP’s déjà défunts.. au  cours du XXème siècle !
Leurs cibles ? Une liste de nom a transpiré et s’est transmise par capillarité jusque en nos bureaux. Le sang se glace en énumérant les victimes désignées par la vindicte aveyronnaise d’autant qu’il est rigoureusement impossible de protéger la vie de ceux qui ne l’ont plus. L’horrorisme est né !

La liste secrète en exclusivité sur Les Rockuptibles

Des hommes d’états tel Georges Pompidou, Pierre Bérégovoy, André Krasuki, Joseph Staline, Edgar Faure et même John Fitzgerald Kennedy se trouvent en plein dans leur ligne de mire. Peut-on concevoir plan plus inhumain qui cherche à assassiner ceux qui sont déjà morts ? Le sang se glace à l’évocation de ces attentats savamment calculés et déjà consommés ! Les services de renseignement avouent leur impuissance devant cette nouvelle forme d’escalade dans la terreur.

 

 

Ce que l'on doit craindre

 

Assoiffés de haine aveugle, les chefs belliqueux du CIA ( Complot International Aveyronnais ) que les autorités se gardent bien de nommer ouvertement entendent également s’en prendre à d’augustes figures des arts, des sciences et des lettres.

Ainsi, on peut lire, le front moite de frayeur légitime l’ ex-future mise à mort d’ingénieurs et de savants comme Gustave Eiffel,  Michel Foucault,  Raymond Poincaré,  Claude François, et même de notre chère Dalida. Sont également dans la ligne de tir des personnages imaginaires, patrimoines de la littérature française tels que  Michel Strogoff, le Grand Maulnes, Oui-Oui, Emma Bovary, Lucien de Rumbempré et même Astérix le Gaulois.

Tremblez citoyens !

Nous abandonnons désormais tout espoir en un monde meilleur fait d’amour, de paix, de rabais vraiment intéressants sur les produits électroménagers et de fraternité entre les peuples pour un billet d’avion low-cost vers les Seychelles ou la Thaïlande.

 

 

CE QUI VOUS ATTEND !

 

Dormez d’un œil tremblotant et inquiet, citoyens, car la menace étend son ombre écarlate , visqueuse et rampante sur la paix de vos foyers et le sommeil de vos enfants ! Plus rien ne sera jamais plus comme avant (c’ est bien mieux maintenant ! ). A moins  bien entendu, qu’un homme providentiel à la perfection  simple et déterminée fasse une apparition historique et qu’avec l’élégance de la plus impitoyable fermeté, il nous épargne une fin atroce.

Jean-Pierre Grobatar