Archives pour la catégorie The Pain

Tout doit disparaître

Moi, Truman Condom, après avoir assuré la capitainerie des Rockuptibles pendant deux années durant lesquelles j’ai mené la barre de ce navire fort d’un équipage de quinze auteurs dévoués et talentueux prononce en pleine possession de mes facultés pataphysiques et cérébrales la liquidation de ce webzine tel que vous l’avez connu.

Truman Condom

Il faut préciser à l’intention des profanes que le but affiché des Rockuptibles était de moquer les outils autant que les usages de la propagande  médiatique orchestrée  par les pouvoirs en place. Nous avions par nos sottises,  par ce que certains pourront considérer comme de la vulgarité ou du mauvais goût ou par ce que d’autres qui nous le concèdent – une plume acerbe et vigoureuse – décidé de prendre pour cible la bouffonnerie décomplexée de la société médiatique. Nous y voulions dénoncer le mensonge permanent et le mode viral par lequel la presse et la télévision nationale ont intoxiqué notre quotidien. Le pouvoir de l’infox !

Désormais, cette facilité de ton nous est forclose dans la mesure où elle a perdu toute pertinence.

Les Rockuptibles cessent ainsi leur activité de « grande gueule » digitale. Toute satire nous semblant au vu des récents évènements désormais caduque,  nous en tirons les conséquences qui s’imposent. Nous nous expliquons.

Les maîtres dépassent les élèves…

La décision de liquider Les Rockuptibles nous a été dictée par la  fortuite audition un certain lundi 18 octobre 2010 du JT de France 2  dans lequel la grossièreté pitoyable du propos nous a fait rire aux larmes en même temps qu’elle nous a forcé reconsidérer l’essentiel de nos activités. Les rôles se trouvant alors selon nous, subitement inversés.

De sorte que, à la sortie de cette expérience métaphysique, il nous a semblé manifeste que Les Rockuptibles avaient été rejoints et dépassés dans les registres du grotesque par les modèles qu’ils avaient pour vocation de pasticher. Le Journal de 20 H de la chaîne publique nous avait détrônés et fait mordre la poussière en nous tenant les côtes.

C’est que, dans le choix des sujets,  dans la niaiserie compassée des analyses, dans le traitement ronflant des thèmes abordés, dans le ridicule des « experts » convoqués à l’antenne, dans la sotte évidence des questions posées lors des interviews, dans le prêt-à-penser puéril et les idées en solde, dans le côté bourgeois gentilhomme de David Pujadas qui avait l’art de faire de la désinformation comme M.Jourdain celui de faire de la prose; rien n’avait été économisé par nos saltimbanques-journalistes de la télévision pour produire le plus savoureux effet comique.

Le syndrome « comique qui s’ignore » de la société du spectacle contemporaine…

Mais nous ne cessions pas céans et arrivions à cette seconde conclusion que le système de la société spectaculaire était entrée dans son ère « comique qui s’ignore » incapable désormais de prendre la mesure de sa sotte vulgarité. De là, nous  constations que les agents de la propagande officielle ne se rendant plus compte de leur propre balourdise,  ils étaient  devenus totalement « Deborderline ».  Cette déviance schizoïde du réel inversé nous apparaissant comme  le signe manifeste d’un basculement des stéréotypes qui glissaient en quelque sorte sur une peau de banane  médiatique et nous  régalaient du spectacle de les voir tomber sur le cul.

Rappelons à la police de la pensée que toute bonne propagande, et cela depuis Goebbels, son sinistre inventeur, doit par principe  fondamental apprécier la distance qui sépare la vérité des fables qu’elle sert aux dupes qui en font leurs opinions. Mais, si d’aventure cette appréciation des distances se trouve négligée en raison de la médiocrité ou de la trop grande insouciance de ses artisans, nous entrons alors dans une phase de « perte de contrôle » où les dupes eux-mêmes se trouvent comme secoués et réveillés par les tartes à la crème qui traversent leur petit écran.

Les Rockuptibles entrent ainsi avec vous tous, par la force des évènements, dans une nouvelle ère. Une ère beaucoup plus sérieuse où nous pourront toujours nous distraire au théâtre de ces marionnettistes qui nous manipulent et se prennent les pieds dans leurs propres ficelles.

Nous conservons évidemment à l’intention des lecteurs toutes les publications postées à ce jour. Nous y ajouterons ceci : usez, chers lecteurs et lectrices d’une grille de lecture rétroactive et comparative. Regardez le JT et lisez, ou relisez ce que constituent désormais les archives de Les Rockuptibles. Alors vous jugerez des deux qui est le plus bouffon.

Enfin, nous pensons qu’il est désormais venu le temps nouveau de réinventer un véritable consensus philosophique et non plus  uniquement matérialiste pour déterminer nos choix politiques et notre avenir social.
Tout doit disparaître……..

TRUMAN CONDOM

La Télévision, c’est, le chemin de la mort

Ce soir, 17 mars, Tronche 2 diffusera un documentaire basé sur une expérience américaine datant d’il y a 50 ans, le jeu de la mort.  Résultats : à ce jour, 80% des sujets/objets (des moutons intoxiqués de stupidité télévisuelle contre 62,5% il y a 50 ans qui n’avaient que la radio) obtempèrent aux ordres et délivrent des charges électriques maximales aux suppliciés.

Des gens instruits par le petit écran

Hélas, il s’agit de fausses décharges, et les cris des torturés sont joués par des comédiens et celui qui actionne le levier n’en sait strictement rien, de même que le public qui crie au lynchage dans une hystérie jubilatoire de fort bon aloi. Il n’en fut pas de même pendant les Jeux du Cirque romains où public et gladiateurs savaient en ces temps-là donner du vrai spectacle affranchi de l’hypocrite moralité médiatique dont le discours onctueux satellise autour de ce type de nouveau TV-concept à sensation.
Alors quand serons-nous régalés de véritables shows où la cruauté de la société du spectacle ne sera pas travestie sous des prétextes proto-socio-scientifiques expurgés de ce catéchisme d’audimat ?
En attendant, le producteur de ce petit bijou d’hypocrisie cathodique excusait d’avance ce matin sur France Inerte ( la plus moins pire des radios) les tortionnaires sur le mode   :  Les pauvres, ils ont tellement l’habitude d’être libres de choisir l’esclavage dans leur existence que l’on ne peut pas leur en vouloir de se conduire comme des nazis. Bin tiens : les pauvres  !
Les pauvres panurges foudroyés par la conscience de leur incapacité à refuser de se soumettre à un ordre manifestement inhumain sont a posteriori cajolés par les comédiens/bullshiters/psychologues qui leur expliquent après avoir administré le supplice qu’être un chien de race humaine est notre lot à presque tous  et qu’il a fallu  de tous temps bien du courage aux  bourreaux pour exécuter les basses œuvres qui leur étaient commandées. Il demeure donc en toute arithmétique de tout cela 20 % d’individus encore capables de véritable liberté dans l’action et la pensée. Sympa, non ?
Peut-être est-ce vous ? Alors, méfiez-vous de ce que vous désirez, vous pourriez avoir le malheur de l’obtenir vraiment ! Enfin, ce qui est certain c’est que vous êtes entourés de Terminators en costards-cravaches.

Conclusion ? La TV c’est de la drogue dure qui transforme les gens en robots décervelés : la chose est à nouveau clairement démontrée. Prenez de l’héroïne, sniffez de la cocaïne, gobez du LSD, du MDMA, fumez de l’herbe, vous vivrez au moins une expérience personnelle en toute indépendance, et pour conseil, arrêtez de boire du Jean-Pierre Pernaud, c’est bien plus mauvais que toutes les substances illicites citées préalablement ! Se détruire la santé mentale de son propre chef : n’est-ce pas cela le véritable courage et la vraie liberté ?

Herbert George Orwells

Peyon la met profond

Joli camouflet ou sale enculade de dernière minute ? En plantant Arlette Chamot, hier soir sur Tronche 2, voyant dans l’organisation de l’émission «un bad plan foireux», l’euro DJ Vince Peyon a réussi à voler le show aux deux vedettes présentes : Ulrich Von Besson et Mareen The Pain.

Vince Peyon chez lui pendant l'émission de télé où on l'attendait et qu'il y était pas exprès pour foutre la why

En train de chill out à la maison, il a pu foutre la grosse raya sur le plateau sans s’y trouver. Hystérique, la rédaction de Tronche 2 fustige des «méthodes de voyou» et défend son bifteck. The Pain, père et fille, s’en mêlent. L’UMP ( Underground Massive Posse) aussi, qui accuse le collectif PS (Power 2 Society) de «fuir en backstage».

L’euro DJ (PS) a, de son côté, tranquillement expliqué par communiqué que son coup avait été « uber gambergé depuis longtemps», avec l’intention de pourrir l’émission et de provoquer «un incident». «Je crois que si on dit pas clairement que c’est  de la merde, la merde déborde de partout. Si j’avais vrillé plus tôt dans le délire que j’avais improvisé depuis longtemps, alors on aurait peut-être trouvé un  guignol pour me remplacer, passke il y en a toujours un pour venir faire sa chiennasse et vendre sa soupe à la télé. Tu vois, et comme ça me gonflait velu, j’ai débranché, sinon on se serait fadé de la grosse bouse avec un pin-pin (abruti un peu neu-neu (ndlr)) aux platines.», raconte-t-il sur MST-BOF TV.

Jean-Mireille Montmorency

The Pain Versus Von Besson

Alors que Mareen The Pain s’apprête à débattre jeudi soir avec Ulrich Von Besson, un sondage révèle que 77% des Grolandais n’aiment pas les refrains du band de satanic Metal.

Mareen The Pain : tel père, telle fille

Le duel entre Ulrich Von Besson et Mareen The Pain, prévue jeudi soir dans l’émission «A fous de chucher» s’annonce houleux et crée la polémique. Mais il pourrait tourner au calvaire pour la fille du leader de The Pain, sommée de s’expliquer sur les mauvais résultats des dernières ventes de Mp3 de The Pain sur la cybersphère. Selon une enquête TNT-Sofric Logicaca pour Le The Monde et Tronche 2 publiée jeudi, l’affection des Grolandais pour la musique de The Pain a décru ces trois dernières années.

Interrogés globalement sur leur position vis-à-vis des paroles  des chansons de The Pain, 18% des sondés les trouvent OK, soit une baisse de 8 points par rapport à décembre 2006. Cette fange du public semble s’être progressivement amouraché du Thrash réformiste de Gouvernement qui a repris de nombreux thèmes de The pain quelques décibels en dessous et de façon plus mélodique.

Alain Plassarisk

The Pain sur les ondes

Depuis le début des violences urbaines, JMLP, le leader de The Pain était resté discret. Dimanche soir, il était l’invité de RTL.

Interrogé sur la crise dans les banlieues, le chanteur de The Pain a affirmé que les « émeutes » sont « un incident graaaaaaaaave, qui va se répéter », mais qui « n’est pas l’essenssssssssssssssiel ».

thepain.jpg
JMLP, Le leader de The Pain

« Cela vient du problème des extra-terrestres narabes venant de planètes proches de la Terre, mais qu’on voit paaaaaaaaas. Nous ne savions pas bien s’ils étaient caché derrière Pluton ou la ceinture d’astéroïdes autour du soleil « , a-t-il déclaré. « Le public est averti qu’il y a un problème dans notre supersphère qu’on lui a caché durant des éons-lumière », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la mesure des chansons de Gouvernement pour ramener le beam, le leader de The Pain les a qualifiées de « mélodiquement très insuffisante », déclarant qu’il faudrait « des lasers à rayon gamma ». Partisan de « perpétuer la transe tant qu’il y aura menace », il a exprimé sa rage au micro sur la scène de RTL.
Mais le chanteur de The Pain a déploré qu’on n’aille « pas beaucoup au contact du public ». Il a évoqué le sentiment de « peur » de Gouvernement qui est, selon lui, « inhibé artistiquement » et la crainte d’une « bavure du service d’ordre ».

« Un déséquilibre qui peut déboucher sur le vol de nos précieux fluides corporels« 

Estimant que cette situation révèle « un déséquilibre tel qu’il peut déboucher sur le vol de nos précieux fluides corporels », le leader de The Pain s’en est pris avec véhémence à Nick President Sarkozy, soulignant que les extra-terrestres qui « vont devenir des terroristes et des bandits  » sont « les enfants de Chirax ( ex combo de psychobilly qui a influencé toute une génération ndlr) ». Il a qualifié le chanteur de Gouvernement de « principal responsable de la décadence du style grind/thrash Metal ».

En revanche, JMLP, le chanteur de The Pain a affirmé qu’il n’est pas « de ceux qui vont chercher des poux dans la tête de Nick Sarkozy, il me foutrait un coup de coude ». « Enfin, s’il réussit, bravo, mais je ne le crois pas », brave-t-il.

« Le fait que certains fans de The Pain trouvent Sarkozy sympathique ne les empêchera pas de venir à mes concerts », car « l’original vaut mieux que la copie », a-t-il assuré.

Il a ironisé sur le bassiste/chanteur de MPF, Phil de V ( groupe de musique bruitiste), qui « de manière assez caricaturale, singe ses positions de bas de manche et ses postures de scène ». « On l’appelle Duplicator ».

Nino Mouskouri